Panier
0,00 €

Septembre, mois de sensibilisation au cancer chez l’enfant

Septembre, mois de sensibilisation au cancer chez l'enfant

 

Mois de la sensibilisation au cancer de l’enfant

Il y a eu un moment dans ma vie, il n’y a pas si longtemps, où j’aurais pu vous dire qu’il était très peu probable, voire impossible, que quelqu’un que je n’avais jamais rencontré puisse changer aussi complètement et de manière aussi indélébile ma vie, mon état d’esprit et la façon dont je voyais le monde qui m’entoure. Il fut un temps dans ma vie, dans un passé si lointain, où je vous aurais dit que je croyais aux simples coïncidences et que tout arrive pour une raison. Mais tout cela, c’était avant le cancer. Tout cela, c’était avant Ronan Sean Thompson.


Ronan Sean ThompsonSeptembre, mois de sensibilisation au cancer chez l'enfant

À la mi-août 2010, ma meilleure amie Ann a reçu un diagnostic de cancer de stade IV. J’ai eu l’impression que mon monde avait été bouleversé. J’étais loin de me douter, quelques semaines seulement après le triste diagnostic d’Ann, que le 31 août 2010, mon petit frère Coleman (quinze ans à l’époque) et ma grand-mère recevraient tous deux un diagnostic de cancer le même jour.

 

J’étais en état de choc. Rien au monde ne m’a secouée aussi violemment que le jour où la voix de mon père a tremblé au téléphone en me disant que “Grand-mère Betty a un cancer”. Mais ce n’est pas tout. C’est Coleman. Coleman a aussi un cancer”. C’est étrange comme, jusqu’à ce jour, je me souviens de chaque détail de mon environnement, et de l’endroit exact où je me tenais au milieu du campus de Tempe de l’Université d’État de l’Arizona, lorsque mon père m’a annoncé cette nouvelle.

 

Je me souviens qu’à cet instant, j’ai ressenti un sentiment de vertige insensé et accablant. J’ai cru que j’allais m’évanouir ou vomir, ou les deux. Mais je suis monté dans ma voiture et j’ai conduit jusqu’à mon appartement, où j’ai franchi la porte d’entrée et me suis effondré en sanglots dans les bras de mon colocataire.

Septembre, mois de sensibilisation au cancer chez l'enfant

Dans les mois qui ont suivi, ma grand-mère, mon amie Ann et mon petit frère Coleman ont tous subi diverses opérations et plans de traitement comprenant d’innombrables traitements de chimiothérapie et de radiothérapie. Je ne savais pas quoi faire.

 

Je voulais désespérément leur enlever leur douleur et leur souffrance, mais j’avais les mains liées. La seule chose que je pouvais faire était de m’informer davantage sur leurs cancers afin d’essayer de mieux comprendre ce qu’ils vivaient et quelles étaient leurs chances de vaincre cette horrible maladie.

 

C’est au cours d’une de mes recherches désespérées sur Internet en décembre 2010 que je suis tombée par hasard sur le blog Rockstar Ronan, écrit par Maya Thompson, mère d’un garçon de trois ans nommé Ronan qui avait un neuroblastome de stade IV.

 

J’ai été instantanément captivée par les yeux bleus perçants de Ronan qui semblaient contenir le monde entier en eux, et les articles de Maya, crus, profonds, honnêtes et déchirants, sur le blog de Ronan et de ce que leur famille traversait m’ont donné l’impression de connaître ce garçon et sa famille, que leur souffrance et la mienne ne faisaient qu’un.Septembre, mois de sensibilisation au cancer chez l'enfant

 

Ronan et ses frères Quinn et Liam

J’ai continué à suivre le blog de Maya en regardant les cheveux de mon petit frère tomber. J’ai continué à lire ses posts en regardant ma meilleure amie Ann se détériorer rapidement et mourir en février 2011. Alors que le traitement de mon frère se terminait en avril 2011, Ronan a pris un virage pour le pire.

 

Le 9 mai 2011, Ronan Sean Thompson, le petit garçon aux yeux brillants, au cœur géant, à l’âme sage et à l’attitude épicée, a rendu son dernier souffle. Lorsque Maya a annoncé sa mort, j’ai eu l’impression que mon cœur avait été déchiré en deux. “Pas Ronan, s’il te plaît, pas Ronan”, me suis-je dit. Son histoire était devenue si étroitement liée à celle de mon frère dans mon cœur.

 

J’étais en colère contre le monde parce que c’est le genre d’endroit où les enfants meurent et où il n’y a pas de remède pour leur sauver la vie. Plus tard dans l’année, j’ai commencé à parler avec Maya sur les médias sociaux et nous avons décidé de nous rencontrer pour une randonnée.

 

 

Avant d’aller à sa rencontre, j’ai dit à mon père au téléphone que j’allais rencontrer un petit garçon nommé la mère de Ronan, et que je savais qu’il y avait une raison à cela et que je me sentais si passionnée par cette cause et par l’histoire de Ronan en particulier.Septembre, mois de sensibilisation au cancer chez l'enfant

 

J’ai dit à mon père que j’avais le sentiment très fort que Ronan était probablement en colocation avec mon frère Coleman à l’hôpital pour enfants de Phoenix pendant qu’il se faisait soigner. Mon père a été choqué lorsque j’ai dit ces mots, et a répondu en disant que Ronan et Coleman avaient en fait été colocataires à PCH.

 

J’ai ressenti un lien immédiat avec Maya et je me suis vite retrouvé très proche de sa famille et j’ai fait tout ce que j’ai pu pour aider la fondation qu’ils ont créée en son honneur, la Fondation Ronan Thompson. La Fondation Ronan Thompson est une organisation à but non lucratif 501(c)3 qui se consacre à la recherche d’un remède pour le neuroblastome, une forme de cancer de l’enfant.

 

Nous collectons actuellement des fonds pour créer un centre de recherche et de soins de classe mondiale pour le neuroblastome, qui se consacrera au financement de traitements traditionnels et non traditionnels afin de réduire le nombre d’enfants touchés par cette maladie et d’augmenter les taux de survie.

 

Le cancer infantile et la Fondation Ronan Thompson sont deux choses qui me passionnent et me tiennent à cœur. C’est à cause de Ronan, mon frère, et du cancer infantile, que j’ai décidé de consacrer le reste de ma vie à faire une différence dans la communauté des cancéreux infantiles et à faire ce que je peux pour que nous fassions des pas progressifs pour enfin trouver un remède à cette terrible bête voleuse de vie.

 

C’est grâce à Ronan que je vis chaque jour avec tant de gratitude d’être en vie. C’est grâce à Ronan que j’ai le courage d’être courageux et audacieux, d’essayer de nouvelles choses, de vivre pleinement ma vie, et de ne jamais avoir peur de me lever et de parler pour ceux qui en ont le plus besoin, même si ma voix tremble.

 

C’est grâce à Ronan que je resterai à jamais aux côtés de la Fondation Ronan Thompson et que je travaillerai pour elle, dans ce qui a déjà été un voyage révolutionnaire et qui a changé la vie, pour trouver un remède à cette maladie et aider à fournir des ressources aux enfants atteints de neuroblastome et à leurs familles.

 

Bien que chaque mois de ma vie soit le mois de la sensibilisation au cancer de l’enfant, septembre est le mois national officiel de la sensibilisation au cancer de l’enfant. C’est au cours de ce mois que nous crions et hurlons (encore plus fort que d’habitude) au nom de tous les bébés et enfants dont la vie a été volée par le cancer infantile.

 

C’est au cours de ce mois que nous faisons tourner le monde autour de nous en or (l’or est la couleur du ruban de sensibilisation au cancer de l’enfant) et que nous organisons des événements pour obtenir des soutiens et recueillir davantage de fonds et de sensibilisation. Le moment est venu de parler et d’agir.

 

Chaque jour aux États-Unis, 46 enfants sont diagnostiqués comme ayant un cancer infantile et sept enfants meurent d’un cancer infantile. Malgré ces horribles statistiques, le cancer infantile ne reçoit que 3,8 % du financement de la recherche sur le cancer.

 

C’est donc en septembre, le mois de l’année consacré à la sensibilisation au cancer de l’enfant, que je vous demande de vous informer, de diffuser cette information comme un feu de forêt, et de faire votre part pour assurer un avenir où le cancer de l’enfant n’existe pas et n’est qu’un sujet traité dans les manuels d’histoire.

 

Chaque enfant mérite une vie entière. Ronan et des milliers et des milliers d’autres enfants se sont fait voler leur vie par le cancer infantile. Le cycle s’arrête ici et maintenant, mais il ne peut se faire qu’avec votre aide.

 

Pour lire le blog de Maya, visitez le site http://www.rockstarronan.com et pour en savoir plus sur Ronan, la Fondation Ronan Thompson et les merveilleuses choses que nous faisons tous grâce à ce petit garçon qui était tout bonnement sauvage et libre, visitez le site http://www.theronanthompsonfoundation.com.

 

Il y a eu un moment dans ma vie, il n’y a pas si longtemps, où j’aurais pu vous dire qu’il était très peu probable, voire impossible, que quelqu’un que je n’avais jamais rencontré puisse changer aussi complètement et de manière aussi indélébile ma vie, mon état d’esprit et la façon dont je voyais le monde qui m’entoure.

 

Mais c’était avant Ronan, avant le cancer infantile, et avant que je sache sans l’ombre d’un doute que parfois le plus grand héros que vous ne connaîtrez jamais, est un enfant de trois ans avec une tête chauve, des yeux brillants, et un amour et une appréciation de la vie qui sont plus grands et plus profonds que la plupart des êtres humains qui ont jamais marché sur cette terre.

 

Ronan devrait encore être ici, et c’est pour Ronan, mon frère, et tous les autres enfants que je passerai chaque dernier jour que j’ai ici sur cette terre à me battre pour eux et à être une voix pour les enfants qui ont été enlevés trop tôt.


Comment se connecter avec la Fondation Ronan Thompson

Site web : http://www.theronanthompsonfoundation.com

Facebook : http://www.facebook.com/theronanthompsonfoundation

Twitter : http://www.twitter.com/RonanFoundation

Septembre, mois de sensibilisation au cancer chez l'enfant

 

 

 




Causes

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article précédent
Un tatouage temporaire personnalisé pour un événement
Prochain article
Journée de la Terre et tatouages temporaires